Congo River de Thierry Michel

Thierry Michel
L’invité de 3TAMIS !

Communiqué du 30 octobre 2006

3TAMIS asbl a le plaisir d’annoncer au public bukavien, spécialement aux hommes de culture, aux amoureux du cinéma et aux opérateurs politiques, l’arrivée à Bukavu ce mardi 30 octobre 2006 du cinéaste belge Thierry Michel.

Bien connu pour son film « Mobutu, Roi du Zaïre », Thierry Michel est en tournée de présentation de son nouveau film documentaire « Congo River ». Ce film a obtenu plusieurs prix dont un, au 38ème festival international du film maritime, d’exploration et d’environnement…

Thierry Michel est lauréat de beaucoup d’autres prix pour ses nombreux films.

Le programme de son séjour, des projections, des conférences ainsi  que d’un atelier d’échanges et formation avec 3TAMIS vous sera communiqué par la voie des médias.

Fait à Bukavu, ce 31 octobre 2006 – Franck Mweze

Le cinéaste belge, Thierry Michel, auteur de 5 films sur la RDC sur 8 films réalisé sur le continent africain, a séjourné à Bukavu du 31 octobre au 07 novembre 2006.

C’était sur invitation de 3TAMIS, avec le soutien du Centre Wallonie Bruxelles, de la Coopération belge et de la Monuc.

« Bienvenue à Thierry Michel dans le beau décor naturel du Kivu.

Je suis désolé qu’il y vienne seulement au lendemain de deux guerres qui ont touché le moral des hommes autant que la luxuriante « nature naturelle ». Je crains qu’il ne soit réduit à fixer sur pellicule les affres et preuves des destructions dont le Congo en général et le Kivu en particulier se seraient bien passés; mais il reste toujours de quoi se rincer l’oeil pour qui sait voir… ce cinéaste qui regarde encore le Congo et ce qu’il en reste…

J’aurais tant aimé, surtout, accompagner Thierry… j’aurais eu l’occasion d’un échange avec une personne qui regarde notre Pays de l’extérieur et qui, je suppose, contemple 130 ans, 130 années de l’histoire contemporaine. Du moins, je me console en me disant que ce regard trouvera partenaires au Kivu.

Bon séjour dans cette nature qui défie ses destructeurs et accueillera toujours ceux qui ont quelque pierre à nous apporter pour notre reconstruction, spécialement dans le domaine de la culture. Surtout au moment où, me sempble-t-il, l’Histoire, loin de simplement bégayer, ni se répéter, repasse le film de la vie des peuples et cherche à redéfinir, pour un siècle ou un millénaire, l’Humanité à replâtrer en de si nombreux endroits.

Bon séjour chez nous. Vous y êtes chez vous. L’homme qui écoute et regarde en agissant, est partout chez lui. »

Extrait du message du Bâtonnier Thomas Lwango, Avocat à la CSJ et Chargé de cours aux Facs/Droit du Kivu

C’est par ces mots aimables écrits de Kinshasa à 3TAMIS par le Bâtonnier LWANGO, que le cinéaste belge Thierry Michel, bien connu pour son film documentaire « Mobutu, Roi du Zaïre» a été accueilli à Bukavu, ce mardi 30 octobre 2006.

Arrivé essentiellement pour le lancement de son nouveau film « Congo River », son agenda prévoyait aussi des ateliers de formation et d’échange ainsi que des conférences de presse. Thierry Michel est Professeur de Cinéma en Belgique, à l’Université de Louvain.

Le Coordinateur de 3TAMIS, Franck MWEZE n’a pas été pris à cours par cette arrivée avec deux jours d’avance par rapport au calendrier de l’artiste. Bien au contraire, toutes les démarches préliminaires étaient initiées pour son installation, son séjour ; et la finalisation des contacts a été rapidement effectuée.

La primeur revenait naturellement à l’autorité provinciale qui fut heureuse de recevoir cet « ambassadeur belge du Congo » dans la matinée du mercredi 1 novembre 2006, en visite de courtoisie.

Echanges entre l’équipe dirigeante du Sud-Kivu qui débouche sur une programmation spontanée d’une soirée de gala au BODEGA en centre ville, où le Gouverneur de Province invita ses proches collaborateurs et les membres de la FEC (Fédération Congolaise des Entreprises) ainsi que les responsables des ONG internationales !

Les ateliers d’information et d’échanges tenus dans les locaux de 3TAMIS et auxquels étaient conviés dans les avant-midi des opérateurs des médias communautaires, se sont déroulés sur fonds de commentaires sur quelques réalisations de Thierry Michel, notamment le making off de son dernier film, ainsi que sur deux ou trois productions de 3TAMIS que les séminaristes ont visualisé. C’était pour axer les échanges sur les difficultés de tournage, et le cinéaste a donné des conseils pratiques sur le choix et l’utilisation du matériel, sur les secrets d’un bon tournage.

Ont participé à ces séances, outre les agents de 3TAMIS,  des délégués de RTVGL (Radio et télévision des grands lacs), de Studio NENO LA UZIMA, de Radio KAHUZI et de la Radio-télé MULANGANE basée à WALUNGU.

Le jeudi 2 novembre, après la matinée consacrée à la formation dans les locaux de 3TAMIS, à Nyawera, c’était le tour du grand public de suivre Congo river à la salle CONCORDIA archicomble. Un riche débat s’en est suivi où Thierry Michel a eu à répondre à toutes les demandes d’éclaircissement et aux curiosités sur la réalisation du film, manifestant une connaissance appréciable du pays et une maîtrise de plusieurs sujets abordés par le film.

C’est à BAGIRA, quartier situé à 7 Km de Bukavu, dans la salle VENUS que le film a connu le plus grand succès avec un millier de spectateurs. C’était le vendredi 3 novembre vers 15H00, après la matinée de formation à 3TAMIS.

La conférence de presse organisée par 3TAMIS, le samedi 04 novembre à la salle Concordia et l’interview accordée à 3TAMIS chez Orchid’s safari Club sont venus compléter les éléments de réponses livrés à la presse et au public à l’issue de différentes projections.

Thierry Michel s’est prêté aux questions des journalistes et des étudiants, de 10H30 à 12H00 : sur la motivation du réalisateur, les moyens mis en jeu pour une oeuvre aussi gigantesque, les conditions et les difficultés du tournage, les secrets de la complicités des populations et groupes cibles (pasteurs, mai-mai…).

Le secret de sa réussite se trouvait dans sa capacité à s’adapter, à partager la vie des gens. C’est d’ailleurs leurs souffrances et les espoirs qu’ils nourrissent qui constituent la motivation profonde du film. Dans ses interventions, il a salué la collaboration et la chaleur humaine des populations pendant le tournage, sans manquer de stigmatiser les tracasseries administratives qui ne sont pas arriver à bout de sa détermination. Il existe un making off de 52 minutes qui témoigne de ces péripéties, des formalités et rituels auxquels le cinéaste a dû se plier  pour accéder à certaines informations et pénétrer certains milieux.

Thierry Michel a souligné l’impression de professionnalisme que lui ont laissée les prestations de 3TAMIS dont la qualité des projections n’a pas été trouvée ailleurs lors de ses précédentes tournées au Congo.

Après la conférence de presse, la 4ème projection s’est faite dans la grande et magnifique salle du collège ALFAJIRI pour les élèves du degré terminal, les étudiants mais aussi quelques agents d’ONG internationales, sous la modération du Recteur, le père KALUBI.

Une 5ème projection a été faite à la MONUC où se sont retrouvés des expatriés, des responsables d’ONG et des membres de la MONUC.

Ce sont donc cinq projections qui ont été faites à travers toute la ville : A chaque projection correspondait une catégorie de spectateurs : les VIP au BODEGA, les « intello » à la salle CONCORDIA, les élèves et étudiants à ALFAJIRI et le staff expatrié et congolais d’ONGs à la MONUC.

Le film a connu un franc succès auprès du public captivé par les réalités géographiques, économiques, politiques et socioculturelles que montre le film…

L’approche privilégiant les images avec un minium de commentaire laisse au spectateur la latitude d’apprécier des situations mises à nue par le film dans un esprit largement optimiste et positif, mais fortement interpellateur et sans compromis.

2.000 spectateurs (hors MONUC) ont suivis les 4 projections, soit une centaine de VIP, plus de 400 personnes à la salle CONCORDIA, environ 1.000 personnes à BAGIRA et plus ou moins 500 personnes dans la salle du Collège.

Il faut dire aussi que les conditions météorologiques, nous sommes en saison des pluies, ne permettaient pas des projections à l’extérieure et dans les quartiers « populaires » de Bukavu comme 3TAMIS sont habitués à le faire afin d’atteindre un plus grand nombre d’un public souvent délaissé par ces manifestations culturelles.

Ce qui reste dans la mémoire, c’est la découverte de ce fleuve Congo, long de plus de 3.471 Km dont 1.700 Km navigables et large par endroit de plus de 20 Km, fleuve chargé d’histoire, et garant de la survie de plusieurs âmes, symbole de la grandeur et de la richesse du pays auquel il prête le nom mais aussi symbole de ses diversités, de ses incohérences, de ses contrariétés…

Le choix porté sur ce fleuve n’est pas un fait du hasard.  En effet, il constitue l’unique voie de communication alternative entre plusieurs provinces du Congo eu égard à l’impraticabilité des autres moyens de communication routière et ferroviaire. Nombre de spectateurs ont avoué mal connaître leur pays et découvrir ses profondeurs grâce à ce film.

Le film de Thierry Michel dépeint des situations et des réalités dramatiques mais fait large place au génie et à la créativité d’un peuple qui résiste à l’anéantissement. Aussi se termine-t-il sur une note d’espoir par une célébration de la résurrection avant de chercher de nouvelles énergies à la source du fleuve.

Des films de ce genre, porteurs de plusieurs leçons sont rares dans nos salles de spectacle. Pardon, il n’en reste plus qu’une à Bukavu !

Merci à Thierry Michel et à toute l’équipe de 3TAMIS qui doit soigner son image et merci à nos partenaires et bailleurs qui permettent de réaliser un travail aussi utile et appréciable.

Le film est lui-même révélateur des potentialités diverses car il est réalisé avec le concours d’une équipe de congolais dont l’assistant de Thierry Michel, le logisticien, la voix off et la touchante musique de LOKUA KANZA…

Le voyage de Thierry Michel est interpellateur à plusieurs égards et il est temps qu’une politique culturelle soit définie pour notre pays ; ce à quoi nous espérons voir se pencher les acteurs et décideurs de la 3ème République.

L’idée est venue de la rencontre des Thierry, Thierry Michel et de Thierry Carton, administrateur 3TAMIS, à la journée organisée par Africalia,en avril 2006, sur les « enjeux et perspectives de l’audio visuel en Afrique centrale. 2006 : l’expérience congolaise ».

Jusqu’il y a peu, les manifestations culturelles s’arrêtaient au porte de Kisangani, sinon à Lubumbashi… Le Kivu est une région à redécouvrir !

Tout a commencé par l’accueil de Roland Mahauden et son Théatre de poche qui s’est perdu dans cette région… et puis par les activités de Yambi 07, où successivement, José BAU, le Professeur YOKA LYE Mudaba, commissaire général de Yambi 2007 accompagné par Monsieur Brain TSHIBANDA, Directeur-adjoint du Centre Wallonie Bruxelles de Kinshasa, ont découvert Franck Mweze et son équipe 3TAMIS.

« 3TAMIS ose et prend des risques, à faire des projections à l’intérieur du pays, parfois sans protection MONUC, c’est ce qui nous a plu. » diront José Bau et Laurent Wansson lors d’une interview accordée en juillet 06, dans « L’expression, miroir d’une démocratie », réalisé par Jonathan Ortégat, stagiaire à 3TAMIS et étudiant de l’IHECS – Bruxelles.

Invitation fut faite : « … Thierry Michel si jamais tu retournes au Congo… vient à Bukavu, fait appel à 3TAMIS, ils ont l’expérience et ce sera super pour la population »

Thierry Michel a tenu parole : le 30 octobre 2006, il était chez nous, à Bukavu !

3TAMIS, c’est une organisation, des relations, une logistique et une sonorisation professionnelle au service de l’éducation à la citoyenneté par la culture, la Culture de la Paix.


L'utilisation totale ou partielle de n'importe quel contenu de ce site est soumise à la condition de référencer celui-ci correctement. L'utilisation commerciale est proscrite sauf autorisation explicite. Copyright 3TAMIS

Aller à la barre d’outils