Ciné Club Inter Universitaire – Le cauchemar de Darwin

Le cauchemar de Darwin
Ciné Club Inter Universitaire de Bukavu

Vendredi 23 février 2007

Dans le cadre des activités de son programme mensuel, le Ciné Club Interuniversitaire de Bukavu a choisi de projeter le film de Hubert Sauper « Le cauchemar de Darwin » à l’Université Catholique de Bukavu, suivi d’un débat.

Le film du jour : « Le Cauchemar de Darwin  »

« Le Cauchemar de Darwin (Darwin’s Nightmare) est un film documentaire d’Hubert Sauper (2004, sorti en salles en France, le 2 mars 2005).

Le film prend pour argument de départ, les trafics autour de l’aéroport de Mwanza, en Tanzanie, sur les bords du lac Victoria, mais, selon le réalisateur, ce n’est pas un film sur le lac Victoria, et encore moins sur un poisson, mais bien contre la mondialisation et ses conséquences.

Un poisson introduit dans les années 1950, la perche du Nil (Lates niloticus) a remplacé une grande partie des 200 espèces différentes de poissons autochtones (entraînant une modification du biotope et l’extinction de nombreuses espèces) et son commerce, devenu florissant, alimente depuis près de vingt ans les tables et les restaurants des pays du Nord, avec des exportations qui peuvent dépasser 500 tonnes de filets de poissons par jour.

Ladite perche est préparée sur place dans des usines financées aussi par des organisations internationales et 40 % de la production reste pour nourrir la population locale, en lieu et place des petits poissons locaux plus faciles à conserver. Autour de cette exportation massive se développent tous les trafics liés à une urbanisation intense et brutale (usines de traitement) : prostitution, sida, violences diverses.

L’auteur insinue sans le démontrer vraiment que les avions cargo (russes ou ukrainiens) ne reviennent pas à vide et pourraient alimenter le trafic d’armes à destination de la région des Grands Lacs. Ce trafic d’armes que l’affiche du film souligne (l’arête de la perche y devient la silhouette d’une kalachnikov), n’est jamais démontré au cours du documentaire – ce qui a généré une vive polémique bien après la sortie du film. »

La première projection de ce film à Bukavu remonte à janvier 2006 par 3TAMIS dans le cadre du  » Cinéma de la Concorde  » et il suscita beaucoup de questionnement.

Une heureuse coïncidence a fait que ce même jour, le CERUKI (Centre de Recherches Universitaires du Kivu) organisait à la bibliothèque centrale de l’ISP/BUKAVU, une conférence scientifique sur le thème de « l’homme et son environnement : de l’adversité au partenariat », animée par le Professeur Docteur Germain MULOWAYI K.

L’exposé était suivi par la projection du « Cauchemar de Darwin » devant 300 étudiants et enseignants.

Dans la conférence introductive, le Prof Dr MULOWAYI a parlé de l’évolution de l’homo sapiens qu’il a suivi à travers les stades de la cueillette, chasse et pêche, de la domestication des animaux et des plantes et enfin de l’industrialisation et de la haute technologie.

Son exposé a montré que l’homme dans sa première phase d’évolution se contentait de se soumettre aux rythmes climatiques et conditions de vie que la nature lui imposait se moulant dans son environnement sans le transformer réellement. Les deux derniers stades  de son évolution ont vu l’homme prendre conscience qu’il pouvait transformer la matière vivante et créer de nouvelles espèces. Malheureusement, au lieu de rechercher des transformations qui respectent l’équilibre éco systémique, l’homme est aujourd’hui le principal agent de la destruction de son environnement. Et la triste conclusion est : l’humanité est menacée de disparition alors que l’environnement prendra du temps pour se refaire.

Les débats et échanges après la conférence et le film ont permis de se fixer sur certaines attitudes et comportements pouvant favoriser un meilleur partenariat entre l’homme et son environnement. Il s’agit de transformer la jungle en un jardin, entretenir et protéger la nature, les écosystèmes, avoir des politiques équilibrées d’exploitation des ressources naturelles parce que ce qui nous entoure (notre environnement) est politique, social, économique, global. L’humanité est dans une même barque qui est en danger de chavirer et nous sommes tous concernés et responsables.

La pollution nous concerne : les sachets plastiques ne tueront pas que le bétail, la pêche des alevins dans le lac Kivu a des conséquences plus néfastes sans proportion avec le produit des petites ventes que les pêcheurs en tirent parce qu’elle va ouvrir la voie à la famine…

L’équilibre de l’écosystème doit se construire par nos petits gestes de la vie quotidienne.

Les responsables politiques doivent faire des choix judicieux. Certains acteurs du « Cauchemar de Darwin » regrettent de ne pas avoir l’instruction.

A la fin de l’activité, nous avons abordé le Directeur Général de l’ISP – Institut Supérieur Pédagogique, Mr Boniface KANINGINI pour le féliciter ainsi que le CERUKI pour cette initiative.

Informé de l’existence d’un club culturel interuniversitaire organisé avec le concours de 3TAMIS, le DG de l’ISP a montré son intérêt pour ces projections et souhaité que son institution soit intégrée dans la dynamique.

3TAMIS à la conquête des Universités de Bukavu

La cohésion sociale au sein des campus

Dans le cadre de la prévention des conflits et la préparation de l’élite dirigeante à des attitudes responsables, 3TAMIS poursuit les projections débats,  en collaboration avec les étudiants et quelques enseignants intéressés.

La motivation de cette activité, à la fois culturelle et scientifique, est de faire se rencontrer les étudiants autour d’une activité positive et tout de même exceptionnelle en cette période de dénuement.

Le ciné-club s’est imposé comme un moyen de libérer la parole des étudiants et surtout, de les responsabiliser

Il est connu que des politiciens, des leaders sociaux, certains enseignants et étudiants ont manipulé les étudiants à l’intérieur des campus en vue de soutenir des tendances tribales, politiques, sociales et même académiques ou pour les embarquer dans des marches de protestation violente.

Cette activité prépare les jeunes au débat démocratique, au bon sens, au jeu de rôle et à une culture générale élargie.

La nouvelle classe politique du pouvoir exécutif et au législatif, les jeunes cadres d’entreprises publiques et privées sont souvent issus des instituts supérieurs et des universités.

Ce vendredi 23 février 2007 à l’ISP le film « Cauchemar de Darwin » a été projeté et débattu dans un auditoire de plus ou moins 300 personnes sous la houlette du professeur d’histoire, Mr MULOWAYI, pendant qu’à l’UCB, université catholique de Bukavu, le même film était suivi par des étudiants d’économie et de droit.

Si les étudiants et professeurs des universités de Bukavu se rencontrent ainsi, régulièrement, une nouvelle cohésion sociale va se créer à partir d’une activité culturelle dynamique, passant par les campus Nord-ouest aux campus du centre-Est et ceux du Sud de la ville.

Gageons que cet exemple sera suivi dans d’autres régions du pays !

Franck Mweze


L'utilisation totale ou partielle de n'importe quel contenu de ce site est soumise à la condition de référencer celui-ci correctement. L'utilisation commerciale est proscrite sauf autorisation explicite. Copyright 3TAMIS

Aller à la barre d’outils