Verre cassé

L’étape de Bukavu clôture la tournée de « Verre Cassé » en RD Congo. Le Théâtre de poche n’est pas inconnu à Bukavu. En 2005 avec 3TAMIS, Roland Mahauden déjà avait présenté « Tous en scène pour la paix ! »

Depuis bientôt trois ans, le Théâtre de poche de Bruxelles et 3TAMIS de Bukavu s’associent pour promouvoir le Théatre et la Culture en général.

 » Sous la bannière de Yambi 07 et avec le soutien d’Africalia, du CGRI, du Centre Wallonie Bruxelles de Kinshasa et des autorités congolaises, cette importante décentralisation en RDC veut contribuer à la reconstruction d’un réseau culturel, d’une identité culturelle congolaise commune.

Une des préoccupations de Roland Mahauden directeur du Théatre de poche, est de susciter et développer un questionnement collectif d’artistes autour d’une même idée : comment utiliser au mieux l’outil culturel dans la (re)construction démocratique de ce gigantesque pays en quête d’unification qu’est le Congo ? « 

3TAMIS, comme point focal de Yambi 2007 à Bukavu, s’associe à l’idée de briser les barrières culturelles entre les acteurs de la capitale et ceux de l’intérieur, dans le cadre de ses actions d’Education à la démocratie par la Culture de paix. C’est dans la capitale du Sud-Kivu que le Théâtre de poche a donc clôturé sa tournée après les grandes villes de la RDC comme Matadi, Mbuji-Mayi, Lubumbashi, Kisangani, Goma et Kinshasa. Pour accompagner le projet, le Centre Wallonie-Bruxelles a mis à disposition le conseiller Marc Kohen et deux de ses techniciens culturels José Bau et Emmanuel Mafuta.

Arrivée le samedi 20 mars 2007, la troupe a offert deux présentations toutes de haut niveau au foyer culturel de Bukavu dans une salle de plus ou moins 250 places pleine à craquer. Les représentants de la mairie de Bukavu et de la Division provinciale de la culture ont rehaussé cette manifestation de leur présence.

La pièce de théâtre est une adaptation du roman de l’écrivain congolais de Brazzaville Alain Mabanckou.

Il s’agit de l’histoire d’un bar de fortune, « Le crédit a voyagé », vu par l’un de ses clients réguliers, « Verre Cassé » à qui le patron a demandé de rédiger son histoire et celle des autres miséreux fréquentant ce bar peu banal.

 » Sorte de Bukowski congolais, « Verre Cassé » boit comme une éponge tout en nous livrant une compilation truculente et fantastique des prouesses et autres voies de fait des clients de son bar préféré. Des récits de vie drolatiques sous forme de brèves de comptoirs où le grotesque côtoie le sublime. Autant d’anecdotes sordides et émouvantes qui font écho au parcours de Verre Cassé lui-même.

Avec sa verve satirique aux élans métaphysiques, Alain Mabanckou dresse un portrait inattendu d’une mégapole africaine prise en étau entre politiciens en quête de phrases historiques immortalisantes et pasteurs-gourous pas très catholiques.

Il s’agit bien ici d’un des récits les plus savoureux et ironiques sur l’Afrique contemporaine. Au comptoir du Crédit a Voyagé, vous trinquerez avec L’Imprimeur, Robinette, Le Type aux Pampers, Zéro Faute,… Alain Mabanckou est né au Congo-Brazzaville en 1966. Il a déjà publié six recueils de poésie et quatre romans, parmi lesquels Bleu-Blanc-Rouge, Les Petits-Fils nègres de Vercingétorix et African Psycho. Il a obtenu le Grand Prix littéraire d’Afrique noire en 1999. Il enseigne aujourd’hui les littératures francophones et afro-américaines à l’université du Michigan. « 

Un spectacle d’un nouveau genre, participatif qui allie tradition et modernisme, Roland Mahauden ayant réussi une ingénieuse intégration du griot NE NKAMU LUYINDULA qui rend le spectacle plus captivant et authentiquement africain. Edmond Massambia, Jean-Marie Ngaki, Gaston Mufunda et le griot NE NKAMU ont fait montre d’une incontestable maîtrise de la scène, un esprit élevé et toujours créatif à chaque tournure des mots.

Se confiant à 3TAMIS, M. Massambia, l’un des comédiens de « Verre Cassé » a apprécié l’engouement sans précédent des gens de l’intérieur pour un spectacle dont ils étaient privés depuis de longues années.Avec le Théâtre de poche qui a promis de revenir avec un nouveau thème sur « les enfants accusés de sorcellerie », la culture balise le chemin de l’unification d’un pays aux diversités culturelles riches.

Presque tous les spectateurs ont exprimé les mêmes impressions en des mots différents : « c’est du théâtre de haut niveau…, professionnel, beau spectacle, merveilleusement interprété, une  prestation superbe dont font foi nos applaudissements, nos sourires, et même certains mots-clés que nous avions mémorisés en peu de temps… »

Les jeunes talents ont doublement bénéficié de cette étape de Bukavu. Des séances de formation marathon ont eu lieu, comme inscrit dans les objectifs du projet Yambi, la mise en réseau entre acteurs. Les artistes se sont retrouvés avec leurs collègues provinciaux autour d’un atelier de réflexion sur l’avenir du théâtre congolais, dans un contexte post conflit.

C’était pour eux, un véritable défi technique et logistique d’un théâtre professionnel dont le décor simple mais très artistique et resté le même dans tous les milieux, ne manqueront pas d’inspirer la créativité locale.

Déplorant le manque de cadre culturel adéquat à Bukavu, une équipe interdisciplinaire s’est constituée.

Il a pour mission de prendre des contacts avec les autorités locales, les bailleurs de fonds potentiels et le propriétaire de la maison abritant la salle utilisée pour trouver une salle à aménager comme foyer culturel de Bukavu.

3TAMIS, comme structure de référence au sein de ce noyau, prend en charge la poursuite des contacts et informera les autres acteurs culturels, de l’évolution du projet.La fin de cette tournée a coïncidé avec la célébration de la journée internationale du théâtre, le mardi 25 mars. Le spectacle fut donc un beau cadeau circonstanciel offert au public bukavien.

Franck Mweze

Avec cette nouvelle tournée, les acteurs de Théâtre et de la Culture du Congo unifié sont en lien avec le monde culturel de la Belgique. En effet, en 2007, le Théatre de poche a présenté chez lui à Bruxelles, la même pièce avec les mêmes acteurs, pour une deuxième série de représentation.Au même moment, NE NKAMU LUYINDULA avec la troupe ZABA-KINA, était invité à faire l’animation de la journée « porte ouverte » du ministère de la Jeunesse, de la Culture, des sports et de Bruxelles de la région flamande, en présence du ministre Bert Anciaux…

Que vive le théatre de la paix !


L'utilisation totale ou partielle de n'importe quel contenu de ce site est soumise à la condition de référencer celui-ci correctement. L'utilisation commerciale est proscrite sauf autorisation explicite. Copyright 3TAMIS

Aller à la barre d’outils