Bukavu – En double jubilé !

Jubilé d’or de l’indépendance du Congo et du centenaire de Bukavu

4 janvier 1959 – 4 janvier 2010

Le 4 janvier 1959, les premières émeutes en faveur de l’indépendance qui s’étaient déroulées à Léopoldville (aujourd’hui Kinshasa) sont sévèrement réprimées par l’administration coloniale belge au Congo.

Celles-ci avaient traduit les aspirations des Congolais à l’indépendance, un an et demi avant que la Belgique ne l’octroie, le 30 juin 1960.

L’incident est parti de l’interdiction tardive du meeting populaire organisé par l’Alliance des Bakongo (ABAKO) de Kalamu, parti politique de Joseph Kasa Vubu, futur premier président du Congo indépendant. Source RDC – Wikipédia

L’acte de création de la ville de Bukavu est l’ordonnance n°12/157 du 6 septembre 1958 et ses limites administratives n’ont été fixées qu’au 29 septembre de la même année par l’ordonnance n° 21/396.

Mais cinquante ans auparavant déjà, les belges l’avaient déclarée telle, jusqu’à la promulgation  de l’arrêté royal du 30/12/1952 portant dénomination de Bukavu à la place de Costermansville. En effet, en 1927 Bukavu avait été rebaptisée Costermansville en l’honneur de Paul Costermans

L’histoire de la colonisation belge au Congo indique clairement que « c’est en 1901 que des pionniers belges conduits par le Lieutenant Tondeur étaient arrivés dans la presqu’île bukavienne de Muhumba. Bukavu est la déformation du mot de langue  Mashi « Bukafu » qui signifie des « maigres vaches ». Source ACP

Une autre version : Ancien territoire du royaume de Bashi (nom de pays de Bashi, ethnie shi). La ville s’appelait Rusozi. Le nom Bukavu vient de la transformation du mot ‘bu’nkafu’ (ferme des vaches). Source Wikipédia

Ce 4 janvier 2010, pour commémorer ces faits de l’histoire congolaise, une messe a été dite à la cathédrale notre Dame de la Paix en présence des autorités provinciales.

Dans son homélie, Monseigneur François Xavier Maroy a rappelé qu’il est grand temps que chaque bukavien s’interroge s’il est réellement indépendant et si aujourd’hui, il peut être question d’une véritable souveraineté nationale.

Il a insisté sur la responsabilité et la conscience professionnelle qui sont des atouts pour mettre fin à la misère paradoxale dans un pays aussi riche que le Congo.

Il est revenu sur le double jubilé : les 50 ans de l’indépendance pour le 30 juin 2010, et les 100 ans de la ville de Bukavu, créée en 1901, mais dont la première administration fut mise en place en 1909.

A ce jour, a-t-il martelé, chacun devrait  être témoin de l’indépendance du pays dans sa vie quotidienne et reconnaître sa responsabilité dans ce qu’est devenue la ville 100 ans après.

Dans son allocution, le gouverneur de province Louis-Léonce Muderhwa a expliqué que durant toute l’année 2010 il sera question de réfléchir sur ces commémorations. Il a aussi interpelé ses administrés pour qu’ils s’impliquent de manière plus significative dans le développement de la ville.

Il a recommandé d’adopter désormais les attitudes positives facilitant la cohésion sociale et combattant les antivaleurs pour que le changement soit nettement perceptible au Sud Kivu et à la face du monde. Il a demandé que la population urbaine se range derrière le maire actuel, Madame Zita Kavungirwa, pour redonner à la ville une image plus belle qu’avant.

Madame Zita Kavungirwa est le 21ème maire congolais de Bukavu après l’indépendance. Source Agence Congolaise de Presse

Après la messe, une marche est partie de l’archevêché jusqu’au monument aux morts situé en face du bureau du gouverneur, à Nyamoma autrement dénomé La Botte.

Autour du gouverneur de province  du Sud Kivu, Louis Léonce Muderwha Chirimwami, il y avait le général Gaston Luzembo, commandant de la police nationale congolaise – PNC, le général Pacifique Masunzu, commandant da la 10ème région militaire, Madame Zita Kavungirwa, maire de Bukavu, les députés et les ministres provinciaux et les bourgmestres des 3 communes de Bukavu, des représentants de la société civile et des partis politiques.

Après le traditionnel dépôt de gerbes de fleurs par le Gouverneur de province, Mr Vincent Kabanga wa Bukangama, ministre provincial de l’information, presse, culture et nouvelles technologies, porte parole du Gouvernement provincial, a fait la lecture intégrale de l’ordonnance n°09/37 du 1er juin 2009 portant création du Commissariat général du cinquantenaire…

Dans les prochains jours, le Gouverneur de province nommera le comité provincial organisateur du cinquantenaire de l’indépendance et du centenaire de la ville en conformité avec l’ordonnance instituant le Commissariat général du cinquantenaire.


L'utilisation totale ou partielle de n'importe quel contenu de ce site est soumise à la condition de référencer celui-ci correctement. L'utilisation commerciale est proscrite sauf autorisation explicite. Copyright 3TAMIS

Aller à la barre d’outils