Journée internationale de la Femme 2011 à Bukavu

La journée Internationale de la Femme 2011 célébrée à Bukavu

La Journée Internationale de la Femme a été célébrée avec faste dans la ville de Bukavu. Des milliers de femmes toutes tendances confondues sont descendues dans les rues dans un défilé organisé par la division provinciale genre, famille et enfant.

Des femmes des entreprises publiques, étatiques et privées, des ONG locales et internationales, celles des associations des femmes membres de la Société Civile, des médecins et infirmières, des étudiantes,  des commerçantes, des femmes policières et militaires, des femmes commerçantes, ont été toutes représentées à cette cérémonie.

Comme l’année passée, le défilé est parti de la Sonas à coté de la mairie en descendant au gouvernorat de province à La botte avec comme point de chute l’hôtel Métropole sur la route Patrice Emery Lumumba, l’artère principale de la ville.

Elles ont marché devant les autorités de province après avoir parcouru un kilomètre et demi sous un soleil accablant avec une température avoisinant les 30 degrés…

Le thème retenu pour cette année par la RD Congo est : « Egal accès des hommes et des femmes, des  garçons et filles à la formation, égal accès aux mêmes opportunités pour un Congo Paritaire » s’inspirant du thème choisi par les Nations Unies «  Egalité d’accès à l’éducation, à la formation, à la science et à la technologie : la voie vers un travail décent pour les femmes ».

Si ce défilé représente une occasion pour les femmes congolaises d’exprimer leurs préoccupations et revendications, elles n’ont pas pleinement profité de l’opportunité qui leur était offerte.

Les bannières des partis politiques et des sociétés commerciales ont dominé la marche !

La plupart des messages étaient politiques et publicitaires : T-shirts à l’effigie de politiciens, banderoles avec messages de soutien; ce mardi 8 mars dans les rues de Bukavu, il y avait un air de campagne électorale !

En effet, de nombreuses associations et groupes des femmes ont malheureusement été manipulés par les différents partis politiques, de la majorité présidentielle et de l’opposition. Elles portaient les drapeaux de ces partis, chantaient pour encourager les tenants du pouvoir ou l’inverse.

Ces femmes ont mordu à l’hameçon tendu par ces partis qui leur a offert de l’argent, des pagnes neufs ou encore une collation après la marche, pour défiler sous leur couleur. Cette situation s’explique par la pauvreté qui sévit dans des nombreuses familles, celles-ci ne peuvent pas se permettre de refuser les présents de ces politiciens et se font donc passer comme membres de ces partis. Tout ceci augure en quelque sorte, les couleurs des prochaines campagnes électorales.

La société civile n’ayant pas les mêmes moyens, a mobilisé moins de femmes…

La marche a aussi pris l’allure d’une campagne publicitaire, les sociétés commerciales en  ont profité pour faire l’étalage de leurs produits !

JIF 2011 49

Toutefois, une dizaine d’associations féminines de la société civile ont porté des messages de revendication grâce à la sensibilisation via l’émission communautaire projetée dans la salle Concordia le 7 mars par les 3TAMIS

DSC06497

C’est ainsi que sur certains calicots s’affichaient les slogans : « Non aux violences faites à la femme, oui à la paix », « Offrons au garçon et à la fille les mêmes opportunités et chances de se développer et de s’épanouir » « Equilibre dans l’éducation des filles et garçon au sein de la famille » etc.

JIF 2011 36

Notons que les femmes catholiques ainsi que les femmes enseignantes n’ont pas pris part au défilé car pour elles, cela fait plus de 5 ans que des défilés sont organisés dans la ville avec peu ou pas de changement dans leur vécu quotidien. Selon elles, c’est ne pas important de porter des pagnes neufs si, juste après la journée, la femme continue à être victime des violences en tout genre et du non respect de ses droits.

Malgré cela, les femmes ne croisent pas les bras : elles organisent en mars des séances de réflexions sur les nouvelles stratégies à mettre en oeuvre pour sortir la femme de la misère dans laquelle elle vit.

Commencé avec un retard de plus de deux heures, le défilé a duré plus de 5 heures de 12h20 à 17h30 et ce n’est qu’ à ce moment-là que les discours des autorités de la province ont suivis… !

JIF 2011 16

Prenant la parole, le représentant de la chef de division genre famille et enfant, Mr Kangele Mwenda a souligné que la femme doit être respectée car c’est elle qui donne la vie, elle doit être prise avec considération dans un pays qui se veut démocratique.

JIF 2013

La représentante du chef de bureau de la MONUSCO Sud Kivu, Mme Christine Kapalata a demandé aux femmes de rester solidaire et de continuer la lutte pour qu’elle ait une place de choix dans les instances de prises de décisions du pays. Elle en a profité pour lire le message du secrétaire général des nations unies, Mr Ban Ki-moon.

Les femmes congolaises ont encore un long chemin à parcourir.

Elles devaient se fixer la responsabilité de dénoncer tous les prétextes dont se sert le pouvoir pour immobiliser les femmes, en se servant des faux discours sur la sécurité, les missions humanitaires et les combats contre le terrorisme et les violences, la privatisation et la destruction des ressources naturelles.

Il est à noter que la sonorisation de la tribune officielle a été confiée à 3TAMIS, gage de qualité…

Eliane POLEPOLE

En savoir plus

> À propos du 8 mars – 8 mars on line.fr


L'utilisation totale ou partielle de n'importe quel contenu de ce site est soumise à la condition de référencer celui-ci correctement. L'utilisation commerciale est proscrite sauf autorisation explicite. Copyright 3TAMIS

Aller à la barre d’outils