Argent noir

Bukavu, août 2012 – Prélude de spectacle.

3TAMIS facilite le retour de l’actrice italienne de théâtre, Fabiana Bruschi accompagnée par Andrea Anselmi. Il y a deux ans, les deux sont venus pour un monologue « Pourquoi je reviens toujours au Congo ».

La maladie du Kivu a atteint les os de Fabiana et un groupe d’Italiens de la province Regio Emilia qui fréquentent le Centre Olame. Ils ont été séduit par les campagnes du Kivu, y compris la grande île d’Idjwi.

P1040690

Comme ceux qui arrivent, voudraient toujours partager leurs savoirs et leurs talents, Fabiana rencontre Franck Mweze, coordinateur de 3TAMIS, organisateur du Festival de Bukavu.

Elle veut aller en profondeur dans une création de théâtre avec des acteurs de Bukavu. Elle n’a pas de texte avec elle.

Elle n’a que 4 jours avant son retour. Il faut fixer une soirée théâtrale. Défi difficile à relever puisqu’il faut improviser et trouver une idée qui tienne la route.

Première chose à laquelle il fallait songer : deux acteurs expérimentés et disponibles.

Franck fait appel à Zézé Patrick, directeur du ballet Renaissance Africa. Il se souvient des prouesses de Jocelyne Nanfranka, responsable du groupe de tambourinaires Etoile.

Cette dernière a déjà tourné dans les pays du Nord dans le spectacle « Africare » de Laurent Wanson des Manèges de Mons en Belgique.

Une fois les acteurs trouvés, deux congolais et deux italiens, c’était le tour du texte. D’abord, l’idée.

Franck propose de plancher sur les préjugés comme on est devant deux cultures différentes à mettre sur une même scène. En accord avec tous, il écrivit le scénario dans la matinée du lundi 10 août en partageant avec le groupe de 4 acteurs. Le texte produit, une mise en scène simple fut optée, faisant jouer des acteurs en fonds de scène et les narrateurs en avant scène. Voilà comment en 4 matinées, « L’argent noir » fut créé.

Un peu rassuré par les répétitions, les invitations furent lancées par petits messages téléphoniques.

P1040709

Cela a valu une forte participation de plus de 80 spectateurs dans la salle de l’Alliance française de Bukavu, le vendredi, 16 août à 16h30. Le spectacle a duré 25 minutes. Les gens ont rigolé, mais ils ont été touchés par la profondeur de la réalité de l’Africain en face de l’Européen. La pièce jouée n’est qu’un prélude de ce que fera le prochain grand spectacle encore à enrichir.

Car autour de l’argent, il y a beaucoup à dire : de son acquisition, à sa gestion et à la répartition des services, et des charges. Sa perception part de l’individuel, au familial et du familial au public. Elle va aussi différemment de la vision européenne et la vision africaine.

Un spectacle attendu, à ne pas rater.

Franck Mweze


L'utilisation totale ou partielle de n'importe quel contenu de ce site est soumise à la condition de référencer celui-ci correctement. L'utilisation commerciale est proscrite sauf autorisation explicite. Copyright 3TAMIS

Aller à la barre d’outils