Programme Solidarité Santé Clôture du Projet et visite chez le Gouverneur de Province

Clôture de la Phase 1 du Programme Solidarité Santé – PSS

Jeudi 3 juin 2013, Mr Marcellin Cishambo, Gouverneur de province du Sud-Kivu entouré de son ministre de la santé, Mr Mwanza Nangunia et de deux conseillères, a reçu Mrs Jacques Varrasse accompagné d’Apollinaire Bahizire et de Franck Mweze.

3TAMIS3TAMIS

Jacques Varrasse coordonne le programme santé pour la province belge de Hainaut tandis qu’Apollinaire, directeur manager du Programme Solidarité santé au Sud-Kivu, est son interlocuteur au Sud-Kivu. Quant à Franck Mweze, coordinateur de 3TAMIS, il représente le partenaire « Société civile -média» puisque ce projet réunit les pouvoirs publics belges et congolais et la société civile autour la question de l’accès pour tous aux soins de santé de qualité.

Jacques Varrasse tenait à annoncer de vive voix à l’autorité provinciale du Sud-Kivu que la première phase triennale du Programme Solidarité santé (2010-2012) avait touché à sa fin et qu’il restait à s’enquérir des derniers justificatifs financiers et rapports avant d’enclencher la phase transitoire 2013, charnière de la deuxième phase. Cette dernière reste à déterminer compte tenu des élections attendues en Belgique en 2014.

3TAMIS

Mr Cishambo s’est montré très intéressé par l’évolution des adhésions aux mutuelles de santé grâce à l’appui de la Coopération Belge au Développement à travers le partenariat exemplaire entre la province de Hainaut et celle du Sud-Kivu.

Il souhaite voire la couverture des mutuelles s’étendre à toute sa province et en particulier aux territoires de Fizi, Shabunda et Mwenga.

3TAMIS

Parlant des chiffres atteints pour 2012, Jacques Varrasse a rappelé que le mouvement mutualiste belge s’est construit durant un siècle. Le mouvement mutuelliste au Sud-Kivu a débuté il y a 13 ans : il a donc évolué à pas de géant ces dernières années, grâce au travail de la CAMS – BDOM Bukavu soutenue par la Mutuelle Chrétienne de Hainaut Picardie – Tournai !

Le Sud-Kivu est devenu un exemple pilote du pays et même en Afrique subsaharienne (La CAMS a reçu des demandes de renforcement de capacité du Mali, du Togo et du Sénégal…) pour son dynamisme dans le mouvement mutualiste. Par ailleurs, le gouvernement provincial avec le parlement et la société civile ont collaboré à la promulgation d’un édit provincial sur la gestion des mutuelles de santé.

Pour confirmer cette avancée de droit à la santé, l’autorité doit s’impliquer effectivement et poser des gestes significatifs : Mr Cishambo reconnait qu’une forte sensibilisation doit se poursuivre afin d’améliorer la couverture de sa province par les mutuelles de santé.

Les formations médicales devront aussi suivre et encourager les patients et leurs familles à l’adhésion aux mutuelles de santé.

Peut-être que sur cette lancée, dans 3 ans ou 4 ans, au moins 500.000 membres au total auront adhéré. Cela ferait une bonne affaire !

Cependant, le défi de la gestion d’une aussi grande structure se pose : Une Fédération des mutuelles de santé, allant au-delà de la gestion actuelle de la CAMS – Cellule d’Appui aux mutuelles de santé du BDOM est mise en place de manière progressive, sous la houlette du ministère provincial de la santé.

Franck Mweze

Commentaires

L’insécurité dans certaines parties du pays due à la présence de bandes armées que le gouvernement peine à éradiquer, est un des freins du développement des mutuelles. 

Toutefois, l’enjeu le plus important pour la population est avec le retour à la paix, d’abord et avant tout, l’accès à de la nourriture de qualité et à un travail décent défini par une rémunération juste, des conditions de travail sécurisés, respectueux de la personne et de l’environnement.

Ce qui n’est pas gagné vu la désertification des campagnes tant au niveau de l’environnement que des populations, vu le faible investissement en des programmes d’agriculture familiale utilisant des méthodes issues de l’agroforesterie, programme pourtant annoncée comme LA priorité du gouvernement central et provincial, vu l’exploitation des jeunes dans la guerre, l’exploitation des personnes dans les mines qu’elles soient industrielles ou artisanales, dans les entreprises privées et enfin de la fonction publique, mal rémunérées quand elles le sont…

Il suffit de lire les nombreux documents édités sur les enjeux du droit à l’alimentation dont une des figures est Olivier De Schutter, Rapporteur spécial des Nations Unies.

www.3tamis.org suit ce dossier depuis sa création : Voir Assurance santé et mutuelles…

Thierry Carton
Ce commentaire relève de la seule responsabilité de son auteur et ne peut aucunement être considéré comme reflétant le point de vue de 3TAMIS. Le contenu des articles cités relève de la seule responsabilité de leur auteur et ne peut être considéré comme reflétant le point de vue de 3TAMIS et de Thierry Carton.


L'utilisation totale ou partielle de n'importe quel contenu de ce site est soumise à la condition de référencer celui-ci correctement. L'utilisation commerciale est proscrite sauf autorisation explicite. Copyright 3TAMIS

Aller à la barre d’outils