Leadership féminin et participation des jeunes dans les processus démocratiques.

Leadership féminin et participation des jeunes dans les processus démocratiques.

Le respect des droits des femmes et des jeunes

Bukavu, 15 janvier 2015

Les femmes et les jeunes figurent parmi les groupes les plus vulnérables en République Démocratique du Congo, prenant le moins part aux décisions politiques du pays. Ces deux groupes y sont souvent perçus comme passifs.

Cette passivité est la résultante d’anciennes conceptions sur le rapport Homme/Femme : le milieu culturel, l’éducation, l’influence des religions, la faiblesse de l’État et des gouvernants pour la promotion des femmes et des jeunes à participer aux enjeux de la société. Ainsi la femme congolaise n’a gardé qu’un seul rôle à jouer dans la société : « être mère et épouse » et dramatiquement victime de viols et d’autres violences en particulier à l’Est du pays.

Les jeunes sont manipulés par les groupes armés, les politiciens, les sectes de toutes natures. Ils sont désillusionnés devant les processus démocratiques, électoraux et de paix.

Fort de ce constat et via son Programme Intégral de la Santé et la Dignité, Oxfam Novib veut encourager les femmes et les jeunes de la province du Sud-Kivu à participer aux processus de prise de décision qui affectent leurs vies de manière à faire valoir le respect de leurs droits.

Pour définir par quels moyens changer l’image de la femme et de la jeunesse, Oxfam a associé les organisations locales 3TAMIS, Caucus des femmes du Sud-Kivu pour la Paix, Association des Femmes de Médias (AFEM) et Rebuild Hope for Africa (RHA) pour relever les stéréotypes collés à la femme qui constituent un frein à son épanouissement.

Dans 3 zones d’enquêtes, Bukavu, les territoires de Kalehe et Kabare situés respectivement à 65 et 25 km de Bukavu, Rebuid Hope for Africa (RHA) et 3TAMIS ont relevés des facteurs limitants l’implication des femmes et des jeunes dans la vie politique du pays.

3TAMIS a réalisé un documentaire de 25 minutes « Les femmes s’engagent ; la communauté s’exprime » utilisée dans l’atelier organisé par Oxfam. Les intervenants brossent d’une manière succincte les stéréotypes sexistes, les obstacles à la scolarité de jeunes filles, la peur ou l’indifférence de la jeunesse des’intéresser à la politique ou de s’y investir, etc….

Stéréotypes sexistes – Source ATTAC

L’inégalité hommes femmes, la domination masculine restent une constante universelle, présente au Nord comme au Sud, dans toutes les classes et les milieux sociaux qui malgré les luttes, les droits, les lois et les évolutions juridiques, techniques, scientifiques médicales et sociologiques, persistent.

 

Le dernier bilan d’ONU-femmes sur la situation des femmes dans le monde le démontre. Elles sont la majorité des pauvres, des analphabètes, des victimes de violences, ou de mauvais soins. Elles sont écartées des lieux de pouvoir politique, économique et financier.

 

Cette inégalité découle de leur statut dans les systèmes d’organisation de notre société monde : le patriarcat et le néolibéralisme qui se complètent l’un l’autre pour maintenir les femmes en état d’infériorité et les transformer en objet ou marchandise. Ces deux systèmes utilisent des vecteurs de propagande et de conditionnement dont les plus efficaces sont les stéréotypes sexistes qui agissent sur les mentalités et les comportements autant des femmes que des hommes. Et nous allons voir qu’ils ont un impact non négligeable sur le corps des femmes.

 

Qu’est-ce qu’un stéréotype ?

C’est une opinion toute faite, un cliché, une caricature, une généralisation, une reproduction figée.

 

Les stéréotypes créent des modèles sociaux types imaginaires, des codes sociétaux simplifiés qui tiennent rarement compte de la diversité et de la complexité de la réalité. Ils entrainent presque systématiquement des préjugés et des discriminations.


Les stéréotypes sexistes véhiculent des valeurs de supériorité masculine, de comparaison des sexes au détriment des femmes, de positionnement hiérarchique et non égalitaire qui enferme les êtres humains dans des catégories sociales et dans des interdits.

 

Le conditionnement sexiste débute dès la naissance à la maternité quand on laisse pleurer plus les filles que les garçons suivant le stéréotype que les filles pleurent sans raison, car trop émotives, quelquefois même avant la naissance comme en Inde où la famille préfère avorter lorsque le fœtus est identifié comme une fille donc sensé coûter plus cher et être plus inutile.


Puis dans l’enfance par le vêtement (une fille, ça aime les robes et un garçon les pantalons), les couleurs (les filles sont en rose, et les garçons en bleu), les jeux (les filles préfèrent les poupées et les garçons des voitures) et surtout par la transmission dans le milieu familial des rôles sociaux genrés, ensuite par l’éducation dans le milieu scolaire par les livres reproduisant les stéréotypes de la maman à la cuisine et le papa au bureau. 


Il se poursuit dans les médias même si au Nord, cela évolue : peu de femmes expertes, mais plutôt des ménagères de moins de 50 ans.

 

L’enquête a relevé des situations concrètes de non-respect de la femme et des jeunes dans leur droit à participer aux choses politiques. En voici quelques-unes observées dans les 3 zones :

  • la femme n’est pas ou peu instruite
  • les filles qui ont trop étudié ne se marient pas (car les hommes deviennent frustrés par son niveau d’étude)
  • la femme ne peut pas parler au milieu des hommes
  • la femme est « émotive »
  • la femme doit seulement s’occuper des enfants
  • la femme qui travaille n’obéit pas aux ordres de son mari
  • les jeunes sont immatures
  • les jeunes sont brutaux
  • les jeunes n’ont pas d’expérience
  • les jeunes se laissent emporter par n’importe quel mouvement

À la suite de la projection, les réactions étaient nombreuses.

Présentes à l’atelier, des femmes engagées en politique ont partagé leur expérience. Elles ont encouragé les autres femmes à faire la politique ou bien à soutenir celles qui manifestent cette volonté afin de mener une lutte commune dans le but de retrouver la place de la femme dans les instances de prise de décision.

Le programme de sensibilisation sur l’implication des femmes et des jeunes se fera via le feuilleton radiophonique en swahili « ni wakati » (c’est le moment) qui s’inspirera du documentaire 3TAMIS. La radio reste le moyen le plus accessible par la grande partie de la population…

Le programme « ni wakati » sera conçu selon la méthodologie dite du Edutainment (Éducation par le divertissement) développée par deux facilitateurs venus du Niger : Albert Chaibou et Abba Kiarri, membres de l’Association Alternative Espace Citoyens (AEC).

Journal du NET : Edutainment est un néologisme formé à partir des mots anglais « educational – éducation » et « entertainment — Divertissement », qualifiant les titres multimédias pédagogiques combinant divertissement et enseignement. Ainsi, les CD-ROM proposant aux enfants d’apprendre à compter en s’amusant relèvent du domaine ludoéducatif. 

Le module sur la communication pour le changement de comportement (CCC) a été développé par Albert Chaibou. Selon lui, le changement de comportement est un processus long et comporte plusieurs étapes qui sont : la connaissance, l’approbation, l’intention, l’application, le maintien et la terminaison.

Edutainment est un processus de conception et de diffusion de messages en vue d’accroitre des connaissances et de créer des attitudes favorables à modifier des normes sociales et à changer des comportements déclarés. Ce travail a été appuyé par une méthodologie appelée Sabido.

La méthodologie Sabido est basée sur les résultats des recherches en sciences sociales qui sont pertinents dans le changement des comportements humains.

En fait, 3TAMIS et son partenaire CAVK de Kalemie ont déjà utilisé ces méthodes de sensibilisation lors des campagnes d’information par l’image et par la radio, lors des Festivals de Bukavu : Référendum de la constitution de la RDC, élections des 2006 et 2011, l’éducation à la citoyenneté, à la santé, etc….

C’est logiquement que Franck Mweze, coordinateur 3TAMIS a été choisi pour la réalisation des feuilletons. Patrick Zeze, acteur dans le ballet Renaissance Africa, a participé à la formation au nom de 3TAMIS. Il jouera plusieurs rôles dans les feuilletons.

Courant février 2015, 20 émissions seront produites par 3TAMIS et AFEM. Elles seront diffusées par les radios de Bukavu et en province, par les radios partenaires de l’Association des Femmes de Médias.

Eh oui, les Hommes seront aussi interpellés comme acteurs de changement selon la notion « d’empowerment » qui ajoute au « genre », le fait que les individus, femmes et hommes sont tous deux acteurs-trices de changements.

L’empowerment fait référence à l’individu et au pouvoir qu’il peut avoir sur sa propre vie, au développement de son identité ainsi qu’au collectif, au pouvoir des individus au sein du groupe dans une vision collective de gestion de la famille, de la société, de l’entreprise, de la ville et village, de la politique…

Toutes les organisations partenaires d’Oxfam impliquées dans la campagne de sensibilisation « Les femmes s’engagent » vont utiliser « ni wakati » pour que la société congolaise augmente la participation des femmes et des jeunes dans les instances de prise de décision à tous les niveaux de pouvoirs, en RDCongo.

Oxfam Novib lancera la campagne en mars 2015.

Revocatus Namegabe et Julienne Mushagalusa

Pour en savoir plus

www.oxfamnovib.nl

Stéréotypes sexistes – Sources ATTAC

Leadeurship et participation des femmes à la vie politique – ONU Femmes

The World Survey on the role of women in development 2014: Gender equality and sustainable development – ONU Femmes

Edutainment – Éducation par le jeu – Wikipédia

A controversy about the name :Edutainment? No Thanks. I Prefer Playful Learning

Empowerment – Le Monde selon les femmes


'Leadership féminin et participation des jeunes dans les processus démocratiques.' has 1 comment

Be the first to comment this post!

Would you like to share your thoughts?

Your email address will not be published.

L'utilisation totale ou partielle de n'importe quel contenu de ce site est soumise à la condition de référencer celui-ci correctement. L'utilisation commerciale est proscrite sauf autorisation explicite. Copyright 3TAMIS

Aller à la barre d’outils