Implication des hommes dans la santé pour bâtir des communautés florissantes.

Après 100 ans de son existence et 70 ans d’engagement en RD Congo, Cordaid a organisé sa revue annuelle de ses actions à Bukavu.

Du 23 au 25 février 2015, la salle de conférence de l’hôtel Panorama a accueilli 50 représentants d’organisations partenaires de Cordaid.DSC01182

Cordaid (Catholic Organisation for Relief and Development : organisation catholique pour l’aide au développement) est une organisation internationale d’origine hollandaise œuvrant dans les domaines de la santé, l’éducation, la sécurité et le leadership des femmes, la gouvernance des industries extractives et la sécurité alimentaire. Bref, Cordaid lutte contre la pauvreté et l’exclusion dans les zones fragiles et en conflit.

Pendant ces trois jours, il y a eu des échanges sur les résultats atteints au cours de l’exercice 2014. C’était aussi une occasion de réfléchir sur les perspectives 2015.

Pour le Dr Aimé Bitakuya, conseiller en suivi et évaluation, le taux de prévalence du VIH a baissé. Avant l’intervention de Cordaid, celui-ci était à 3.5 % et actuellement il est évalué à 1.3 % sur base d’études de séroprévalence menées auprès des femmes enceintes. Dans les six provinces (Nord et Sud-Kivu, Maniema, Province orientale, Équateur et Kinshasa), Cordaid a une grande responsabilité pour amener tous les intervenants à assurer un meilleur accès au service de prévention et de prise en charge. L’enquête démographique de santé a relevé que la connaissance du VIH dans le Sud-Kivu est meilleure par rapport aux autres provinces. Sur les 34 zones de santé, 26 sont couvertes par le programme VIH, conclut le docteur.

YAOUBA

YAOUBA

Pour M Yaouba Kaigama, directeur de Cordaid RDC :

« 2014 est une année charnière pour Cordaid qui fête ses 100 ans. Cent ans d’engagement et de solidarité envers les plus vulnérables dans le monde entier. Cent ans de lutte acharnée et passionnée pour l’avènement d’un monde où les individus vivent en paix et en sécurité dans les communautés florissantes ».

« Cordaid RDC va continuer ses réformes internes en vue de mériter continuellement la confiance que lui accordent les populations congolaises, leur gouvernement et les bailleurs des fonds pour la mise en œuvre de leurs programmes d’envergures ».

« Le partenariat et la coopération sont et resteront toujours nos approches préférées, car nous sommes convaincus qu’ensemble, nous sommes plus forts pour vaincre la pauvreté et l’injustice et ainsi promouvoir la bonne gouvernance », conclut le directeur.

Les organisations partenaires de Cordaid se sont à nouveau engagées à rendre la RDC un pays plus stable où règne la justice, un pays où gouvernants et gouvernés prennent leurs responsabilités, exercent leurs droits et respectent leurs obligations.

Avec l’approche de financement basé sur les résultats, qui a été utilisée dans plus de quatre projets dans le secteur de la santé, de l’éducation et de la sécurité a donné des résultats probants en termes d’amélioration de l’accès et de la qualité des services.

Un effort d’institutionnalisation et d’extension de la démarche est cours avec le ministère de la Santé.

RAMCO

RAMCO

« Dans le domaine de la santé, nous allons mettre une attention particulière sur la santé reproductive. Il s’agit de l’amélioration de la qualité des accouchements, aussi avoir les moyens disponibles pour que les femmes, les filles, les garçons puissent avoir les informations complètes sur la sexualité et choisir eux-mêmes les méthodes de contraception » a dit M. Ramco Van Der Veen, directeur programme santé Cordaid.

Le Dr Robert Nyamugaragaza, au nom de l’inspection provinciale de la santé, donne le bien-fondé de la santé sexuelle reproductive.

Dr Nyamugaragaza

Dr Nyamugaragaza

« On ne peut pas investir sans tenir compte de la santé sexuelle reproductive des jeunes et des adultes.L’inspection provinciale de la santé se focalise sur un projet axé sur la santé sexuelle reproductive des générations futures. C’est un projet qui prend en compte les aspects des jeunes. Ceux-ci ont été pendant longtemps stigmatisés par la tendance soutenant qu’on ne parle pas de sexe avec les enfants, avec les jeunes ».

Cordaid a mis des moyens budgétaires nécessaires à la disposition de certaines organisations pour briser cette barrière. Avecles structures du gouvernement (inspection provinciale de la santé), il y a des organisations non gouvernementales comme Ami de la Justice (ADJ), Halte Sida, Agence d’Achat de Performances (AAP). Celles-ci sont chargées de faire la formation et de mettre en place les outils pour cet aspect de la santé sexuelle des générations futures. « ADJ a sensibilisé les communautés, surtout les leaders religieux, coutumiers et sociaux afin de briser les barrières et comprendre que les hommes doivent s’impliquer dans la santé de la reproduction. Halte Sida a mis en place 9 centres des jeunes afin de les sensibiliser pour qu’ils aient assez d’informations concernant la santé sexuelle et reproductive. AAP achète certains indicateurs auprès des prestataires ou le financement basé sur la performance et aussi mettre en place des espaces jeunes dans les centres de santé » soutient le Dr Robert Nyamugaragaza. Il s’est dit très satisfait du résultat obtenu pour l’année 2014 : « En général, l’accompagnement de Cordaid a permis de réduire les mortalités maternelles, infantiles et néonatales, qui rentrent dans nos objectifs du millénaire ».


'Implication des hommes dans la santé pour bâtir des communautés florissantes.' has no comments

Be the first to comment this post!

Would you like to share your thoughts?

Your email address will not be published.

L'utilisation totale ou partielle de n'importe quel contenu de ce site est soumise à la condition de référencer celui-ci correctement. L'utilisation commerciale est proscrite sauf autorisation explicite.Copyright 3TAMIS