ESPACE CULTUREL KWETU ARTS A BUKAVU,

Nouveau Centre culturel congolais en installation

La persévérance et la détermination au sein des mouvements associatifs du Sud-Kivu finissent par aboutir à des résultats. Qui aurait cru que les artistes de Bukavu pourraient décrocher du Gouvernement provincial actuel l’obtention d’un espace pour le premier Centre Culturel Congolais issu d’un partenariat public-privé ? Le Centre culturel « Espace Culturel Kwetu Arts » ECKA- s’installe en effet à Bukavu dès ce mois de septembre 2020, grâce à l’appui financier de la Direction de Développement  et Coopération  de la Suisse par son bureau de BUKAVU en République Démocratique du Congo.

Contexte historique

Comptant plus d’un million d’habitants, Bukavu est le chef-lieu du Sud-Kivu, province Ă  l’est de la RĂ©publique DĂ©mocratique du Congo une ville culturellement riche situĂ©e Ă  l’Est de la RĂ©publique DĂ©mocratique du Congo. Sa diversitĂ© ethnique fait de lui un cadre idĂ©al pour les Ă©vĂ©nements culturels. Dans les annĂ©es 80, les gens pouvaient encore assister aux multiples reprĂ©sentations culturelles (théâtre, rĂ©cital de poèmes, concert acoustique, projection de cinĂ©ma…) dans les diffĂ©rentes salles de spectacle qui existaient jadis dans presque toutes les communes de la ville. 

En ce temps-là, le gouvernement congolais, l’Eglise catholique et certains opérateurs culturels ainsi que la coopération culturelle rattachée aux ambassades accréditées au pays s’intéressaient à la promotion culturelle. A Bukavu, la présence du Centre Culturel Français et le Corps de la Paix des Etats-Unis étaient remarquables aux côtés des artistes et de la connaissance culturelle de la région.

Infrastructures arrachées aux jeunes

La population africaine étant majoritairement jeune, les premiers bénéficiaires des actions culturelles et artistiques sont du coup, les jeunes. Ce qui ne dit pas que les personnes aînées ne sont pas concernées, car la mémoire et la tradition leur reviennent de plein droit.

Au fil des temps, avec toutes les turpitudes politiques et diplomatiques entre le président Mobutu et les coopérations internationales établies au Zaïre, aux années 80- 90, la coopération bilatérale avait été rompue. Du jour au lendemain, le secteur culturel s’est vu réduit à la seule discipline de musique. Cependant, quelques artistes zélés ont poursuivi dans leurs domaines en essayant de voir comment en tirer des dividendes pour leur survie.

Sur le territoire national, les infrastructures existantes se sont vues, soit reconverties en salles du parti unique (MPR de l’époque), soit vendues et transformées en Eglises, soit carrément transformée en magasins. Ceci explique pourquoi les talents artistiques naissants sont frustrés en dépit des efforts de s’organiser en associations ou en entreprises en vue de vivre de leur métier comme professionnels.

Dans la ville de Bukavu, les deux salles polyvalentes actuellement fréquentées par les artistes ne leur offrent pas la facilité d’accès en dépit des efforts de restructuration de certaines disciplines d’art.

L’Institut Français n’a qu’une petite salle de 100 personnes maximum pour ses propres activités. La sollicitation des artistes non dépendants de ses programmes devient un problème compte tenu du cout d’accès et des différents autres usages .

D’autre part, le collège Alfajiri des missionnaires JĂ©suites possède la plus grande salle de la ville mais avec une restriction d’accès Ă  deux niveaux : non seulement, son loyer est extrĂŞmement cher, mais aussi, en cours de l’annĂ©e, ils n’accordent l’accès que sur exceptions dĂ©terminĂ©es par eux. Le risque de censure liĂ© aux considĂ©rations Ă©thiques et religieuses est Ă©galement permanent.

Néanmoins, en 2005, grâce à l’association 3TAMIS et ses partenaires belges (Théâtre de Poche), les premiers pas du théâtre de sensibilisation sur la thématique des enfants soldats et enfants dits sorciers démarrent. Le cinéma numérique ambulant reprend du terrain sur les places communales et dans les territoires ruraux sous le label du Festival de Bukavu.

En 2007, grâce au groupe des jeunes BK Flavour, la musique rejoint le théâtre et le cinĂ©ma pour corser davantage le Festival de Bukavu – FESTBUK. Au cours de cette mĂŞme annĂ©e, la demande d’un espace culturel de Bukavu est formulĂ©e au gouvernement provincial du Sud-Kivu parce que Wallonie-Bruxelles voulait accordrer un appui en infrastructure culturelle dans le cadre de Yambi 2007 (rencontres culturelles entre la RDC et la Belgique). 

Les dirigeants successifs n’ont pas prĂŞtĂ© bonne oreille Ă  la demande. Et le financement avait Ă©tĂ© accordĂ© dans d’autres villes. 

Dès lors, l’assiduitĂ© de la crĂ©ation artistique de Bukavu a surpris le pays et le monde. Dans les cinq dernières annĂ©es, le Festival de Bukavu a Ă©tĂ© enrichi par d’autres Ă©vĂ©nements importants, entre autres le festival d’humour « ZĂ©ro Polemik Â», la Foire Internationale de l’art, le Festival de la danse, le Festival du Rap, le Festival des tambours, le requiem pour la paix, etc. L’annĂ©e est dĂ©sormais bien meublĂ©e.

Lueur d’espoir culturel à Bukavu

En 2019, comme par enchantement, les membres de cette plateforme en quête de l’espace, ont rencontré la Ministre ayant en charge la culture pour soumettre le même problème. Ils en ont aussi parlé au chef de la Coopération suisse en fonction, Monsieur Jean-Luc Virchaux. Déjà celui-ci soutenait de manière ponctuelle quelques initiatives culturelles.

C’est tombĂ© dans une bonne oreille. Il a encouragĂ© l’initiative et a mĂŞme invitĂ© Madame la Ministre Ă  s’y impliquer vivement.  Elle a marquĂ© son avis favorable et c’est ce qui amène Ă  la formulation du prĂ©sent projet qui va servir plus de 500 jeunes artistes rĂ©pertoriĂ©s.

Sur le plan financier, les groupes culturels pour la plupart se sont effondrĂ©s faute d`un encadrement adĂ©quat et des subsides de l`Etat. Les spectacles ne rapportent pas grand-chose aux artistes, toutes tendances confondues. Des ONG locales et internationales qui appuient le dĂ©veloppement essayent de trouver une brèche dans le secteur culturel car ils ont compris que la culture est un levier de dĂ©veloppement. Malheureusement elles ne sont pas nombreuses et n’allouent jusque-lĂ  pas un appui qui rassure tout le secteur et toucher tous les artistes.

Sur le plan social, les approches de développement durable qui ont réussi, ont toujours intégré les activités culturelles dans le processus de l’amélioration du cadre de vie de la société. Au-delà de ce constat, la population qui vient d’une longue période de conflits et de méfiances entre communautés a beaucoup plus besoin d’un socle culturel fort et localisé géographiquement afin d’y produire la panoplie culturelle que regorge l’entité sans discrimination.

La ville de Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu est, à coup sûr, une opportunité d’essai de stabilité culturelle à implanter sur le territoire congolais pour que tourne autour de celle-ci la riche diversité d’actions de développement. La cohésion sociale tant recherchée ainsi que l’implication de la jeunesse constituent la toile de fond devant laquelle les activités culturelles sont référées dans l’Espace Culturel Kwetu Arts. Les artistes sont ainsi stimulés à une création intense en vue de mettre leurs talents au service de l’éducation au développement de la société et déboucher sur des métiers rémunérateurs de leurs domaines.

Ainsi, le Sud-Kivu, à l’est de la RD Congo va se muer en un havre de destination touristique étant donné que la riche biodiversité se côtoie avec la diversité culturelle. Les artistes et les opérateurs touristiques sont déjà engagés sur cette voie. Il ne reste plus qu’à formaliser et améliorer leur implication dans l’amélioration de l’image du Kivu, longtemps perçu comme champ de guerres, viols et violences.

Identité et vision des parties prenantes au départ

La vision d’ECKA, Espace Culturel Kwetu Arts est de créer un espace culturel congolais indépendant et fédérateur d’artistes et d’organisations culturelles et artistiques pour une production de qualité, rayonnant à l’échelle provinciale, nationale, et internationale, à travers une promotion régulière des artistes et des métiers de Bukavu et ses environs.

Le  24 mai 2019,  sept associations apolitiques et non confessionnelles ont formalisĂ© leur engagement y relatif en se mettant en ordre vis-Ă -vis des exigences de la loi congolaise en la matière. Il s’agit de :

  1. UWEZO AFRIKA INITIATIVE, une organisation de droit congolais œuvrant pour l’amélioration de l’accès et le contrôle par les femmes et les jeunes des nouvelles technologies de l’information et de la communication et aussi pour l’amélioration des rôles sociaux et des statuts économiques des jeunes et des femmes à travers quatre domaines principaux dont la santé, les nouvelles technologies, l’éducation et l’entreprenariat. Elle est représentée par DOUCE NAMWEZI N’IBAMBA, directrice.
  • PRODAFRICA PLUS, une organisation de droit congolais Ĺ“uvrant pour la promotion du secteur artistique et culturelle et l’amĂ©lioration des conditions de travail des artistes Ă  travers la production des activitĂ©s culturelles, l’apprentissage des mĂ©tiers liĂ©s Ă  la culture, l’éducation au travers des cours d’art ainsi que la dĂ©tection et la promotion de nouveaux talents. Son reprĂ©sentant est Yannick MATITA.
  • 3TAMIS : ASBL de droit congolais avec personnalitĂ© juridique nationale, Elle utilise les nouvelles technologies, les moyens audiovisuels, la culture et les arts pour l’éducation citoyenne et la paix. Pour valoriser les initiatives culturelles et Ă©conomiques des jeunes, elle organise depuis 2005, un Festival pluridisciplinaire dĂ©nommĂ© Festival de Bukavu. Son reprĂ©sentant est FRANCK MWEZE, Coordinateur.
  • SIGHTED DESIGN : une organisation de production des supports de communication visuelle et de promotion Ă©vènementielle Ă  travers les nouvelles technologies et l’art par les jeunes et pour les jeunes. Elle est reprĂ©sentĂ©e FRANCIS MWEZE, directeur.
  • BUKAVU COMEDIE CLUB : une organisation qui se meut dans l’encadrement de jeunes humoristes, en offrant des espaces de rĂ©pĂ©tition et de partage autour de l’humour pour une orientation dans une approche d’éducation par le divertissement. Elle est reprĂ©sentĂ©e par JUWE KAZIME JOYEUX (bin Kabodjo), Directeur.
  • LA MOSAĂŹQUE asbl, organisation culturelle de Droit congolais basĂ©e Ă  Bukavu (SUD-KIVU) et rĂ©unissant une Ă©lite intellectuelle jeune autour de la crĂ©ation artistique. SpĂ©cialisĂ© dans l’exploration, la formation et la prĂ©sentation de la richesse culturelle, humaine et artistique de la rĂ©gion. Elle est  reprĂ©sentĂ©e par son Directeur artistique, IRENGE PATRICK ZEZE.
  • L’ETAT CONGOLAIS Ă  travers le Ministère de la Culture et celui de l’Enseignement au niveau provincial et national. Ce partenariat facilitera l’assurance d’un travail stable sur un site officiel dĂ©diĂ© Ă  la jeunesse. Bien plus, il allègera les taxes et est invitĂ© Ă  l’entrĂ©e exonĂ©rĂ©e des Ă©quipements autant que faire se peut.

Implantation du Centre  ECKA

L’espace culturel Kwetu Art qui gère l’action culturelle de la ville devra ĂŞtre positionnĂ© Ă  Bagira mais pour commencer les institutions seront Ă©tablies dans l’enceinte de KARIBU CAFE pour deux ans. Ce resto bar est situĂ© sur avenue Pangi Ă  Muhumba, en face des rĂ©sidences et bureaux de l’Eglise anglicane, derrière la Paroisse Saint-Pierre Claver  de Nguba. Il est prĂ©vu que dans huit mois, le temps nĂ©cessaire pour rĂ©habiliter progressivement l’espace Ă  Bagira, une implantation dans son lieu dĂ©finitif de fonctionnement.  .

Dès ce mois de septembre 2020, les aménagements seront terminés et la deuxième semaine va connaitre l’ouverture officielle du Centre tant attendu par les artistes et le public.

NĂ©cessitĂ© d’un soutien technique et  financier

Comme on vient de le constater, ce centre vient d’une longue bonne vononcés depuis quinze ans et aujourd’hui, la Coopération Suisse se lance juste pour un coup de pouce. Le centre est identifié et avec pignon sur rue ainsi que ses activités et les acteurs actuels et futurs.

Toutes les parties prenantes à ce projet sont invitées et engagées à mobiliser leurs partenaires autour des programmes existants en vue de mettre en route une véritable synergie culturelle à Bukavu. Désormais, les plateformes culturelles de la RDC, celles de la région des Grands-Lacs, de l’Afrique et du monde ont un point d’arrimage pour toute activité artistique et culturelle.

3TAMIS se trouve le plus heureux d’un tel aboutissement lui permettant de lĂ©guer une responsabilitĂ© aux jeunes et continuer ses diffĂ©rentes activitĂ©s Ă  leur cĂ´tĂ© au sein de ce Centre. Il s’engage Ă  l’accompagnement technique, l’équipement  et Ă  la rĂ©habilitation progressive selon qu’il trouvera des possibilitĂ©s dans ses relations.

C’est l’heure de voir plus grand avec Wallonie-Bruxelles International, Africalia Belgium, l’Union Européenne, l’UNESCO, l’Organisation Internationale de la Francophonie, les coopérations internationales, le Gouvernement Congolais, etc.

@Franck Mweze

En savoir plus :


About


'ESPACE CULTUREL KWETU ARTS A BUKAVU,' has no comments

Be the first to comment this post!

Would you like to share your thoughts?

Your email address will not be published.

L'utilisation totale ou partielle de n'importe quel contenu de ce site est soumise à la condition de référencer celui-ci correctement. L'utilisation commerciale est proscrite sauf autorisation explicite. Copyright 3TAMIS