L’année s’est achevée avec une semaine culturelle, succédée par le processus électoral en RDC. Les femmes artistes réunies à Bukavu par 3TAMIS ont inspiré et interpellé tous ceux-là qui exigent la participation de la femme alors qu’en réalité, n’engagent aucun moyen concret.

Elles ont décidé de se prendre en charge et solidariser avec les hommes artistes pour se mettre à la recherche d’une nouvelle vie à donner aux métiers d’arts. Le défi de se positionner comme véritables entrepreneuses culturelles va conforter paradoxalement l’attrait vers ces mêmes métiers par d’autres jeunes femmes. Les préjugés côtoient toute entreprise féminine ; pourquoi pas rester positive et mieux pratiquer ce en quoi on a les compétences ?  

En substance, voici les engagements pris et qui seront suivis par le comité mis en en place le 27novemebre 2023.

A la lumière des défis déjà énumérés, le plus grand problème reste de comment trouver de l’argent afin que la femme artiste vive de l’art et qu’elle soit respectée.

Allant à ce qui est réaliste et réalisable dans le sens des solutions à trouver pour leur avenir concerté, les artistes présentes et présents ont formulé des résolutions et recommandations à savoir :

  • Un comité mixte pour poursuivre les échanges entamés a été mis sur pieds : il est dirigé par une femme
  • La décision de produire un film d’ensemble où tous les artistes des disciplines confondues vont participer. L’objectif est de valoriser les différents talents. Il est demandé à 3TAMIS d’en trouver les moyens financiers et les conseils techniques. 
  • Les artistes ont convenu d’utiliser les nouvelles technologies du numérique pour socialiser les participations aux spectacles et aux publications en ligne des autres et le plus possible, valoriser les femmes.
  • Le groupe WhatsApp est aussi créé
  • Produire les œuvres qui répondent aux normes internationales (pour le cinéma il faut respecter le casting et faire de film dans les langues locales qui sont mieux maitrisées par les actrices et acteurs) ;
  • Penser à faire des AGR (activités génératrices de revenus) afin d’appuyer le métier artistique : une mutuelle de crédit rotatif est mieux appropriée. On a tous les talents pour la gérer.
  • Organiser souvent des rencontres avec les artistes afin d’échanger sur l’évolution de l’art ; pour cela il faut créer un groupe qui pourra faciliter la communication entre les artistes ;
  • Savoir se vendre et vendre les œuvres ;
  • Participer aux différents ateliers de formation afin de lutter contre l’autodidactie des artistes ;
  • Il faut encourager les adhésions aux réseaux existants et créer un réseautage des artistes
  • Exploiter les outils numériques ou les nouvelles technologies pour se vendre ou pour la visibilité de ses réalisations
  • Avoir l’habitude de postuler aux appels à projets et se faire aider en cas de difficulté. Il en est de même pour les appels à formation, participation, ou appel à compétitions d’œuvres, etc.

Le comité mis en place sera accompagné par 3TAMIS, le Collectif des Culturels du Sud-Kivu et Africalia Belgium.  Le Coordinateur de 3TAMIS a mis à la disposition de la synergie constituée, un espace de rencontres prochaines tout en promettant de porter haut les initiatives novatrices qui en résulteront.

Spread the love