Le comportement humain étant influencé par plusieurs facteurs entre autres les films que les gens regardent au quotidien. Les humains sont des machines biologiques complexes difficiles à comprendre. Les réactions émotionnelles émises dans les scènes d’un film impactent d’une manière ou d’une autre sur la personne qui, souvent s’identifie au héro.

A Bukavu, les cinéastes qui fréquentent le Centre 3TAMIS ont compris qu’il faut révolutionner le cinéma local. Loin des facsimilés diffusés par certaines chaines, ces artistes veulent revenir sur les réalités du milieu. Surement que bon nombre sont ceux qui ont copié le modèle du cinéma est africain et autres. « Il est temps faire notre identité et ramener la population locale à consommer nos films » , est le pari à tenir.

Ayant la vocation d’accompagner les artistes vers le progrès, 3TAMIS met en place le Café cinéma, un programme permettant aux cinéastes locaux de suivre des films ensemble et de les commenter.  C’est une autre méthode de former : à partir  des questions, des réponses, remarques et suggestions, chacun des participants arrive à partager ses connaissances. La séance est dédiée aux seuls pratiquants du cinéma : scénaristes, réalisateurs, cadreurs, monteurs, comédiens ainsi que d’autres faisant partie des équipes techniques. Ce qui permet de «parler un même », avec des discussions qui se poursuivent même sur la route de retour !

Au rendez-vous du samedi 11 mars 2023, les cinéastes de Bukavu ont suivi un film venu de Goma, Affection détournée, du réalisateur Chivas Tsongo. Ce long métrage a été disponible grâce à l’acteur Joseph Mwenebantu, cinéaste de Bukavu et Directeur de la Synergie des Cinéastes du Sud-Kivu. A part ces fonctions actuelles dans ce métier, il a aussi une expérience du cinéma acquise par l’ancienneté.

Cette activité a été une occasion d’aborder certaines notions techniques. Par un jeu de question-réponse, tout le monde participe au débat et ainsi l’on apporte une clarté dans certaines zones d’ombres.

Spread the love